Epicerie américaine en ligne


Société salle de classe américaine

Published on octobre 13th, 2013 | by Margaret Lanzenberg

0

France Etats Unis : deux cas d‘école

Malgré  la curiosité que les Français manifestent à l’égard des écoles américaines, l’attitude la plus répandue est la méfiance voire le scepticisme.

Mais les deux systèmes sont-ils  vraiment si différents,  les uns rigoureux et efficaces tandis que les autres seraient médiocres, insuffisants. Après tout, les jeunes Américains et leurs camarades français apprennent à lire, à écrire et à compter! Ils savent la signification de vivre avec les autres, de se comparer à eux, de se respecter et ils connaissent les règles de la société à laquelle ils appartiennent.

Les différences se trouvent sans doute ailleurs.

Prenons l’exemple des rythmes scolaires; comme les statistiques le montrent, les petits Américains ont des journées plus courtes mais plus de jours d’école par semaine et davantage d’heures d’enseignement par an et  ô surprise des vacances d’été un peu plus longues que les écoliers français. Les jeunes Américains font du sport et ont davantage d’activités extra-scolaires;   les Français sont notés plus souvent et ils sont plus nombreux en classe, bien que depuis la crise et les restrictions budgétaires aux États-Unis cet écart tend à se réduire.

sports au lycée, activités extra-scolaires, lycée américain

Depuis longtemps, la France dispose de programmes scolaires nationaux appliqués à toutes les écoles publiques et à la plupart des écoles privées du pays. Ces dernières 25  années aux États-Unis, les écoles, les enseignants et les pouvoir public débattent de l’utilité d’un pareil système mais,  harmoniser les programmes de 50 états  chacun  possédant autant de  systèmes scolaires que de villes,    si non plus,    n’est pas chose aisée ! Depuis peu chaque état se trouve malgré tout dans l’obligation de créer ses propres enseignements et de les évaluer.

En ce qui concerne les méthodes  d’enseignement, le système français est plutôt conventionnel, traditionnel; l’accent est mis sur la lecture, l’écriture et la compréhension des instructions. Il s’agit d’un système qui part du sommet ; l’enseignant étant le personnage central de la classe et  l’Education Nationale fixe les règles qui s’appliquent aux écoles, aux enseignants et bien sûr aux élèves.

L’école américaine est au contraire très décentralisée mais d’un état à l’autre des similitudes existent malgré tout. Dans la plupart des établissements la lecture et surtout  l’écriture  tant travaillées en France comme matières à part entière deviennent rapidement et avant tout un outil pour mieux comprendre les notions abordées en classe. L’enseignant joue souvent le rôle de « facilitateur », « d’aiguilleur »  encourageant  les élèves à apprendre par un travail indépendant ou en coopération avec les autres camarades de leur groupe. Les enfants communiquent  beaucoup entre eux ce qui implique un « bourdonnement » continu, souvent déroutant pour ceux habitués à une organisation plus conventionnelle.

La participation orale est exigée, soit devant l’ensemble de la  classe soit par un dialogue à deux ou trois qui compte pleinement au moment de  l’évaluation.  L’organisation plus classique dans l’hexagone, en rang, ne favorise pas les échanges et l’accent est mis sur l’écoute de l’enseignant. Les multiples cahiers  soignés et bien organisés utilisés par les petits écoliers français afin d’avoir une trace du travail effectué sont inexistants aux États-Unis où une fois la notion comprise et le travail noté, la feuille n’a pas lieu d’être conservée

Si vos enfants sont dans une école américaine, votre participation est la  bienvenue, parfois même exigée. Certains diront que si vous car scolaire jaune américainne participez pas c’est sans doute que vous ne vous  intéressez pas à  l’éducation de votre enfant.   Les parents et les enseignants appartiennent à la même association (PTA)    qui a pour but de créer des liens entre parents et enseignants et de collecter de l’argent pour les projets spéciaux que les professeurs voudraient mettre en œuvre. Les parents, les enseignants et la direction de l’école oeuvrent à travers cette association pour le bien de l’école.

Le rôle de l’éducation est perçu différemment  dans les deux pays. En France, « apprendre » est un travail et une obligation. L’enfant doit faire l’effort de l’apprentissage aujourd’hui afin  d’acquérir les notions qui lui seront utiles demain. La source de plaisir réside dans les bonnes notes et la satisfaction d’un travail bien fait. L’approche américaine veut que l’apprentissage soit une expérience des plus agréable. Les Américains sont convaincus que cet exercice peut être plaisant et divertissant, voire passionnant;  les  contraintes et  les obligations sont inévitables mais doivent être minimisées.

La dichotomie école publique, école privée est présente des deux cotés de l’Atlantique.  Aux États-Unis  les écoles privées sont généralement mieux financées avec des infrastructures plus modernes et des méthodes plus novatrices que les écoles d’état, en particulier dans les grandes villes. Il existe bien sûr des « public schools » de bonne qualité mais très souvent, trop souvent disent certains, les écoles privées ont  des résultats supérieurs à  ceux de leurs concurrents publics. Le nombre de  “ Charter  Schools”, ces  écoles gratuites autorisées à recevoir des dons privés tout en échappant à certaines réglementations contraignantes qui frappent les établissements publics, croissent rapidement. Le débat entre ceux qui défendent l’école privée et ceux qui veulent garder les fonds publics pour les écoles d’état a encore des beaux jours devant lui.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur mon site: http://www.french-school-expat-guide.com/

Tags: , , , , , , , , ,


About the Author

Margaret Lanzenberg

Américaine en France depuis plus de 25 ans, le system scolaire français n’a plus de secrets pour moi. Mais au début, quel casse-tête ! Comprendre l’école de mes enfants a été la première étape. Puis, pendant plus de 15 ans, j’ai enseigné dans un établissement scolaire à Paris. Là les choses sont devenues un peu plus claires, plus compréhensibles. Maintenant j’aide les Américains en France et les Français aux Etats Unis à trouver l’école leur convenant le mieux et à comprendre la nouvelle culture dans laquelle ils évoluent.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

css.php